Dans sa définition traditionnelle, le droit international est appréhendé comme « l’ensemble des règles juridiques qui régissent les rapports internationaux ». Il se définit par référence soit aux destinataires des normes du droit international, soit à l’objet de ces normes, ou encore aux procédures de formation des normes juridiques internationales. Deux facteurs ont marqué la formation et le développement du droit international, la persistance de la notion d’Etat souverain et l’effort d’adaptation du droit international. La notion d’Etat souverain et le développement du droit international. La notion d’Etat souverain s’est consolidée à la suite de la révolution française. En effet, les révolutions politiques, les progrès techniques et les guerres mondiales ont mis la solidarité internationale au centre des préoccupations de toutes les nations, ainsi que la prise de conscience de l’interdépendance et nécessité de s’unir.  L’Ordre juridique international n’est pas une simple juxtaposition à la sphère internationale d’un ordre juridique interne des Etats. Et la nature particulière de ses sujets (souveraineté et égalité) est à la base de sa structure. Ce droit se caractérise par sa dynamique de continuité et de changement. Continuité par ce que l’Etat westphalien demeure, malgré tout, au cœur du système international et continue à jouer le rôle indispensable dans la régulation du système international (lutte contre le terrorisme, répression des violations de droit de l’homme …). Changement (théorie de l’état post westphalien) par l’irruption de nouveaux domaines, de nouveaux sujets  (individus, groupes armés non étatiques, mondialisation de la société  Civile, influence croissante  des multinationales,…).